Peintre / illustrateur / artiste editorialiste / humoriste

Avant la mort d’André Wenger, le 31 août 1991. Qui disait donc que  « la vie est une maladie sexuellement transmissible avec des effets fatalement mortels ? ».

 

Un amateur de « blagues », sans doute. Un vrai réaliste, donc un humoriste, certainement. André Wenger aurait pu signer ou reprendre la formule...

« C’est dans la nature des choses », eût dit le général de Gaulle...

Dommage ! Chacun vaut toujours plus que la trace qu’il laisse. « Hommage » n’est d’ailleurs pas un mot pertinent : on ne « rend pas hommage » à André Wenger ; on continue à vivre avec lui.

Au présent, ce cadeau ; non au passé, cette nostalgie.

La tombe ne peut triompher d’un sourire aussi chaleureux, ne peut vaincre un esprit aussi généreux, ne peut imposer la seule vraie mort, celle qui s’appelle oubli, celle qui mutile ou gomme les mémoires.

Même celles et ceux qui, en Alsace, n’ont pas eu l’honneur et le bonheur de connaître personnellement André Wenger l’ont fatalement rencontré. A travers ses dessins, ses portraits, ses affiches, ses illustrations, ses décors du Barabli.

Une oeuvre

Une vie

> présentation

Privilège, redoutable, des artistes : ils deviennent, parfois à notre insu, une partie de nous mêmes. Ils imprègnent ou ponctuent nos vies. Leurs images, souvent, deviennent nos propres miroirs. Enrichissement. Cette promenade à travers une vie ne constitue pas une sélection des meilleures œuvres d’André Wenger : nul jury n’aurait compétence pour hiérarchiser les fruits de ses talents et de son travail.

 

Le but et d’ offrir un voyage. A travers une œuvre. A travers une vie. Chez André Wenger, l’homme et l’artiste sont indissociables : « L’Art ne fait que des vers, le Cœur seul est poète », écrivait André Chénier. Le talent, chez André Wenger, avait le plus beau des visages : celui de la générosité.

 

Daniel Riot Grendelbruch, le 12 novembre 1991

André Wenger respirait l’Alsace… Il faisait surtout respirer l’Alsace. Humour, tendre. Et talent, multiforme.

Il vit toujours par son oeuvre. Par son esprit. Par les leçons de vie, de générosité qu’il a donné à celles et ceux qui l’ont connu. Invitation au voyage à travers une vie et une oeuvre. André Wenger, incarnation et reflet de l’esprit alsacien.

Textes de Daniel Riot - Extraits du livre « Tendre croqueur » Koufra

Daniel Riot est éditorialiste aux DNA.

André Wenger est de ceux qui l’ont aidé à mieux comprendre l’Alsace et à mieux aimer cette province d’Europe.

ARTISTE D’ALSACE / COLLECTION PRIVÉE / TEXTE DE DANIEL RIOT (TENDRE CROQUEUR) © Graphisme réalisé par Joelle Wenger - graphiste strasbourg joellewenger@gmail.com / mentions légales